Biographie de Günther Prien

Günther Prien


Né à Osterfeld, Saxe, le 16 janvier  1908, disparu en mer le 7 mars 1941 dans l'Atlantique Nord au large de l’Islande.
De famille modeste et habité par le rêve de devenir marin, Günther Prien quitte les siens à 15 ans pour s’engager dans la marine marchande. Après une brêve formation au collège maritime de Finkenwärder, Hambourg, il embarque comme simple matelot sur le Hamburg.
Pendant de longues années à apprendre son métier de marin, Günther Prien, fait preuve de beaucoup de qualités. Il passe en 1929 sont brevet de Timonier et trois ans plus tard sera nommé Capitaine, il est alors agé de 24 ans.
La crise économique qui sévit en Allemagne, lui vaut d’être licencié par la compagnie qui l’emploi, qu’importe, toujours attiré par le large, le jeune loup s’engage dans la Reichsmarine comme simple marin en 1932.
La toute nouvelle marine de guerre Allemande, autorisée à reformer une flotte limitée (suite à l’assouplissement du traité de Versailles), à besoin de cadres. Günther Prien deviens aspirant et sert sur le Könisberg, un croiseur léger.
Il rejoindra définitivement son arme de prédilection, l’U-Bootflotte avec le grade de Leutnant zur see (enseigne de vaisseau de seconde classe) en octobre 1935. Il commencera son entraînement de sous marinier aux cotés d’autres futurs AS de l’arme sous marine tels que Herbert Schultze et Joachim Schepke. C’est à bord du U 3, un bâtiment de type IIA, que Prien sera formé pendant deux ans.
Entre temps, le 6 juin 1935, le commandement de la flotte reviens au Kapitän zur see, K. Dönitz, disposant de U-Boot IIA et IIB. Il à depuis longtemps son idée sur l’emploi de l’arme sous marine.
Durant cette période, Prien servira sous les ordres du Kapitänleutnant (lieutenant de vaisseau) Werner Hartmann sur le U 26 ou il sera aguerri entre autre, aux missions de patrouilles sous marine dans les eaux Espagnoles pendant la guerre civile d’Espagne. Il accédera finalement, le  1er janvier 1937, au grade de Oberleutnant zur See (Enseigne de Vaisseau de 1ere Classe).
Le 17 décembre 1938, on lui confie le commandement du U 47, un U Boot de la nouvelle série de type VII B, fleuron de la jeune Kriegsmarine. Il sera le plus jeune officier commandant et sera de nouveau promu le 1er février au rang de Kapitänleutnant.
Peu de temps après la déclaration de guerre entre l’Allemagne et la paire Franco-britannique, il coule le 4 septembre 1939 un cargo anglais « Le Bosnia », renouvelant ce succès deux jours plus tard sur un navire de même type. Ces premiers succès lui vaudrons de recevoir la Eisernes Kreuz 2.Klasse (croix de fer seconde classe).


De retour de patrouille en juillet 1940


Lors de sa troisième croisière, Prien parvient à réaliser un véritable exploit en pénétrant dans le port de Scapa Flow, port imbriqué dans ensemble d’îles constituant l’archipel du Mainland au nord de l’Ecosse, et considéré comme inviolable (deux sous marins avaient échoué dans la même tentative pendant la Grande Guerre).
En premier lieu, il ne trouva pas immédiatement d’objectif valable, puis il aperçu deux navires à l’ancre. Le premier étant le HMS Royal Oak qu’il coula de trois torpilles. Le navire sombra très rapidement emportant avec lui 800 hommes et son commandant, L’Amiral Blagrove.



Prien se dégage et rentre, sans encombres, au port de Wilhelmshaven le 17 octobre 1939. Lui et son équipage recevrons respectivement et d’emblée la Eisernes Kreuz 1.Klasse Klasse (croix de fer première classe) et la Eisernes Kreuz 2.Klasse.
La manoeuvre osée lui vaudra le surnom de « Taureau de Scapa Flow » et son histoire sera très largement relayée par la propagande et faisant de lui le premier héros national de la Kriegsmarine.
Le 18 octobre, l’équipage au complet sera reçu à Berlin, Hitler lui remettra la Ritterkreuz des Eisernes Kreuzes (Croix de Chevalier de la Croix de Fer). Prien devra se plier aux exigences du protocle et répondre à de nombreuses interview. Il entre alors dans la légende.
Jusqu'à mi-1940 et malgré plusieurs sorties, un seul bâtiment sera coulé. Le problème proviens des torpilles, celles-ci sont pratiquement toutes défectueuses. Un exemple illustre cette « crise des torpilles », Prien en avril 1940 croise au large de la Norvège lorsqu’il tombe sur un convoi britannique. A sa porté, plusieurs cargos anglais et le HMS Warspite, Prien est dans une position favorable, ajuste les cibles et envoi ses torpilles… Pas une au but !
De retour au port de Wilhelmshaven, il ira se plaindre au près de Dönitz que les armes dont les sous mariniers disposent sont inaptes à la guerre…
Le 03 juin 1940, Prien entâmes sa sixième croisière, celle-ci durera 34 jours et sera couronnée de succès. En effet, lui et son équipage enverrons par le fond, dix navires pour un total de 66 000 tonnes. Un désastre assombrira néanmoins le tableau : dans le lot, Prien coule le Arandora STAR qui transporte plusieurs centaines de prisonniers de guerre Allemand et Italiens vers le Canada.
Les septièmes (du 26 août au 25 septembre) et huitièmes sorties de Prien seront également des réussites. C’est d’ailleurs lors de cette huitième sortie, dans l’Atlantique Nord, que dans la nuit du 19 octobre 1940 Prien et les loups de Dönitz tombent sur un grand convoi. Il prendra une grande part au succès dans cette « nuit des longs convois ». Le 21 octobre, il recevra la Ritterkreuz des Eisernes Kreuzes mit Eichenlaub (Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chênes).
La sortie suivante aura lieu courant novembre 1940, seulement deux navires seront coulés. A son retour l’U 47 sera mis en cale et révisé. Cette période d’inaction permettra à Prien et son équipage de souffler un peu. Prien écrira ses mémoires sur l’épisode de Scapa Flow :  Mein Weg nach Scapa Flow. Cet ouvrage fera un carton en Allemagne mais sa version anglaise « I sank the Royal Oak » sera également un best seller outre manche après la guerre.
L’U Boot U 47, partira pour sa dernière mission le 20 février 1941, de la base de Lorient. Dans l’après midi du 25 février il rencontrait le U 99, commadé par le Kapitänleutnant Kretschmer. Ce sera la dernière fois qu’on vera vraiment le sous marin de Prien. Les deux capitaines s’attaquerons au même convoi. Prien coulera 4 navires tandis que Kretschmer sera repoussé par les escorteurs du convoi. A nouveau, le 6 mars 1941, les loups de Dönitz s’organisent en meute et poursuivent un autre convoi. Dans la bagarre il y a encore Kretschmer mais aussi le U 70 de Joachim Matz et le U A de Hans Eckermann. Dans la nuit du 7, les U Boot passent à l’attaque. Le U 70 est touché et sombre, le U 99 encore une fois repoussé tandis que Prien et son équipage enverrons leur dernier message radio sur la direction du convoi vers 05h00.
Le sous marin de Günther Prien disparaît corps et bien, avec un total de 31 victoires.
On ne connaîtra pas vraiment quelle à été la fin du U 47. On a attribué pendant longtemps cette victoire au grenadage du HMS Wolverine. Mais les rapport de celui ci et de l'U A, concordent dans une attaque qu’ils se livrèrent, l’U A rentrant à Lorient fortement endommagé. On à également parlé d’une avarie probable lors d’une plongée. Mais d’après la théorie du très expérimenté Kretschmer, interrogé à ce sujet après son retour, le U 47 aurai été coulé par une de ses propres torpilles. Il arrivai parfois qu’une torpille défectueuse ai une course circulaire, détruisant ainsi le sous marin qui l’envoyait. Ce type d’accident était connu des sous marinniers car il s’était déjà produit lors d’entraînement, la seule manoeuvre possible, lorsque l’hydrophoniste decelait cette anomalie, était une plongée rapide de 50 mètres.




Otto Kretschmer

Les pertes de ce héros national et celle Schepke un autre AS de la Uboot Waffe, qui eu lieu le 17 mars 1941, fûrent vécues avec beaucoup d’émotion en Allemagne.




Previous page: La Kriegsmarine
Next page: Campagnes & Opérations